tapis-ancien-karabagh
KARABAGH CAUCASE ANCIEN (RARE) KARABAGH CAUCASE ANCIEN (RARE) KARABAGH CAUCASE ANCIEN (RARE) KARABAGH CAUCASE ANCIEN (RARE)

TAPIS KARABAGH CAUCASE ANCIEN

X

1 600,00

Ajouter à la liste de souhaits
Ajouter à la liste de souhaits
Une question concernant ce tapis ?
Disponibilité En stock Attention ! Seulement 1 tapis disponible
Taille
X
Époque
Chaîne et Trame

Densité de noeuds
Épaisseur

État

Fabrication

Origine

Teintures

Velours

Couleur

,

Référence

TAC5024

Retour & annulationvoir les CGV
Livré avec certificat d'origine et d'authenticité
Garantie 1 an
Satisfait ou remboursé
Livraison rapide
Paiement en 4x sans frais
Paiement sécurisé

Description

L’art du tapis est probablement l’un des plus anciens au Karabakh. Grâce à l’originalité de ses méthodes de tissage et des compositions de ses motifs et symboles, l’art du tapis d’Artsakh constitue une école à part entière dans l’ancienne et riche tradition arménienne de confection de tapis.
Connus dès le VIIIe siècle, et révélés en particulier par les voyageurs et marchands arabes, cet art particulier s’est perpétué grâce à un savoir-faire solide et authentique, fidèlement transmis d’une génération à l’autre.
Malheureusement aucun spécimen de tapis datant de cette époque ne nous est parvenu, les seuls témoignages existants étant plutôt des références d’ordre descriptif.
Le groupe des tapis dit « tapis du dragon » (Vichapagorg en arménien) regroupe les tapis les plus anciens d’Artsakh qui nous soient parvenus.

Il est difficile de définir précisément l’origine et la signification du dragon dans la tradition du tapis arménien et du Karabakh en particulier. D’après certains spécialistes, les éléments qui composent les motifs des tapis du dragon les plus anciens peuvent être d’origine chinoise. Le dragon ailé accompagné parfois de la fleur de lotus stylisée, symbole bouddhique, a pu parvenir en Arménie à l’époque de l’invasion mongole à la fin du XIIIe siècle début XIVe siècle.
Ces tapis du Karabakh sont des véritables œuvres d’art et se distinguent par la richesse de leur ornementation fine et subtile, l’harmonie de leurs couleurs et surtout par le caractère unique de chaque exemplaire.
Seuls quelques exemplaires de Vichapagorg sont actuellement conservés dans les musées de Londres, de Viennes, de Berlin, de Budapest, d’Istanbul ainsi que du Caire. Les musées nationaux d’Histoire de Erevan et de Stepanakert en possèdent également quelques somptueux exemplaires qui comptent parmi les spécimens les plus anciens.
Au XIXe siècle l’art du tapis a connu un nouvel essor au Karabakh, avec la création à Chouchi des manufactures de soie et de tapis. Exportés aux quatre coins de l’empire russe, vers l’Asie et l’Europe, les tapis du Karabakh ont ainsi pu être connus et appréciés en dehors du Caucase

Vous pouvez poser vos questions concernant le tapis :